La baisse du taux du Livret A sera dure pour les petits épargnants


11/07/2013 par Therese 8 réponses (8)

Le taux du Livret A baissera avec l'inflationLe taux du Livret A devrait baisser au 1er août 2013, car il est indexé sur l’inflation, qui est très basse. Coup dur avant les hausses de prix traditionnelles de juillet – surtout pour les petits épargnants déjà très touchés par l’inflation des produits d’alimentation, beaucoup plus élevée que l’inflation d’ensemble.

Depuis une semaine, le Gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, et le Ministre de l’économie et des finances, Pierre Moscovici, multiplient les discussions et les pré-annonces, afin de préparer le secteur bancaire et le public à la baisse des taux de l’épargne réglementée indexée sur le Livret A : le Livret A lui-même, le Livret de Développement Durable (LDD), Le Livret d’Epargne Populaire (LEP), le Livret d’Epargne Entreprise (LEE) et le livret Bleu du Crédit Mutuel.

Etant indexée sur l’inflation, la rémunération du Livret A, qui est de 1,75% depuis le 1er février 2013, devrait baisser significativement à un taux entre 1,50% et 1% selon la façon dont sera précisé le mode de calcul et comment se déroulent les négociations entre les différentes parties.

Le public a-t-il son mot à dire ? Pas vraiment. Et pourtant, c’est lui, et surtout le petit épargnant, qui sera le premier touché par cette mesure, puisque le Livret A est le placement préféré des Français, avec un encours total de 262 milliards d’euros pour plus de 60 millions de livrets.

Même si c’est un peu pénible à lire (et à expliquer ;-)), Finance Pratique discute ici le mode de fixation de la rémunération de l’épargne réglementée. En effet, cela montre que ces produits d’épargne ne sont pas conçus pour faire gagner de l’argent à l’épargnant mais, au mieux, pour l’aider à conserver son épargne à peu de frais dans un cadre simple, peu ou pas fiscalisé, et au pire, hélas… pour la voir s’éroder en termes réels.

Décrypter le mode de fixation du taux du Livret A

Le règlement no 86-13 du 14 mai 1986 prévoit que la Banque de France doit recalculer le taux du Livret A chaque année les 15 janvier et 15 juillet (Note [1]). La formule de calcul du taux du Livret A est un arrondi de la plus haute entre deux valeurs :

  1. une moyenne entre les taux de base Euribor 3 mois et Eonia et l’inflation d’ensemble,
  2. l’inflation d’ensemble majorée d’un quart de point.

L’Euribor 3 mois et l’Eonia sont des taux de référence représentatifs des taux interbancaires, c’est-à-dire du coût auquel les banques se financent sur les marchés. Ils sont actuellement très bas. Appliquer la formule (1) reviendrait à un taux d’intérêt de 0,5%. C’est donc la formule (2) qui s’applique. L’Insee a publié aujourd’hui le taux d’inflation sur 12 mois observé pour le mois de juin. Il est de 0,9% pour l’inflation d’ensemble et de 0,8% pour l’inflation hors tabac.

Pour une raison que Finance Pratique n’a pas réussi à élucider, la Banque de France applique le taux d’inflation hors tabac alors que la lettre du règlement fait référence à « l’indice INSEE des prix à la consommation de l’ensemble des ménages, » sans préciser hors tabac (Note [2]).  Cette différence peut sembler faible, mais avec la règle d’arrondi « au quart de point le plus proche ou à défaut au quart de point supérieur » la différence n’est pas négligeable :

  • 0,9% + 0,25% = 1,15%, arrondi au quart de point supérieur = 1,25%
  • 0,8% + 0,25% = 1,05%, arrondi au quart de point le plus proche = 1,00%

Négociations en cours

Mais peu importe, pour ainsi dire, car le règlement prévoit également que le Gouverneur de la Banque de France puisse émettre la recommandation de déroger à la stricte règle de calcul pour « préserver le pouvoir d’achat des épargnants. » Les résultats du calcul et la recommandation du Gouverneur sont alors transmises au Ministre de l’économie et des finances, qui préside le Comité de la réglementation bancaire et financière, lequel peut proposer de réviser le taux (Note [3]). Le nouveau taux sera ensuite publié au journal officiel et appliqué au premier jour du mois suivant leur publication, donc le 1er août.

D’après Les Echos, le Ministre de L’Economie Moscovici veut influencer le Gouverneur de la Banque de France dans le sens de la préservation du pouvoir d’achat et viserait même un taux de 1,5%.

Le Gouverneur Noyer serait quant à lui sensible aux arguments des banques, qui affirment que augmenter le taux du Livret A à 1,5% par rapport au calcul strict drainerait encore plus d’épargne vers ce produit, dont les fonds sont presque aux deux tiers gérés exclusivement par la Caisse des Dépôts et Consignation. En effet, les banques qui distribuent le Livret A gagnent un taux fixe de 0,4%, mais elles ne peuvent gérer qu’une partie des fonds (environ 35%), qu’elles doivent prioritairement employer à prêter aux PME. L’agence de notation Standard & Poor’s, en fidèle soutien des banques, a publié la semaine dernière une étude arguant que le Livret A pénalise le secteur bancaire français.

L’inflation, déjà forte sur les produits de base, remonte

Il est douteux que les Français pleurent sur le sort des banques pénalisées par le Livret A plutôt que sur le leur. En effet, comme le montre le graphique ci-dessus, l’inflation est en train de remonter. C’est bien connu, le mois de juillet est le mois de toutes les hausses, à commencer par l’électricité, dont EDF a déjà annoncé qu’elle augmentera de 5% au 1er août 2013.

De plus, l’indice des prix à la consommation de l’Insee, qu’il soit avec ou hors tabac, mesure l’inflation pour l’ensemble des ménages, tandis les ménages sont affectés très différemment selon leur mode de consommation.

Forte inflation des produits de baseLes catégories de produits et de services qui ont le plus augmenté sont les produits de base comme les produits frais (+7,3%), l’alimentation (+1,8%), et les loyers (+1,7%), tandis que ceux qui ont le plus baissé sont les transports et les communications (-5,8%) et les produits de santé (-3,3%). Ce sont les ménages les plus modestes qui consacrent la plus grande proportion de leur revenu pour leur alimentation quotidienne et les plus riches pour leur note de téléphone mobile et leur santé. Même si les montants épargnés par les ménages modestes sur leurs livrets A sont très faibles (Note [4]), ils seront psychologiquement très impactés par la baisse de rémunération du Livret A.

Conclusion

Le mode de calcul du taux du Livret A basé sur une prime de 0,25% au dessus de l’inflation, arrondi au dessus ou en dessous, montre clairement que ce produit d’épargne n’est pas conçu pour faire gagner de l’argent à l’épargnant mais au mieux pour l’aider à le conserver.

Le Livret A a de nombreux avantages : l’argent est disponible à tout moment, sans frais, sans risque et sans impôts ni même déclaration. Mais à risque zéro, profit zéro : il ne permet pas de faire fructifier son patrimoine. Dans le pire des cas, par exemple quand il est indexé sur un taux d’inflation non actuel, on peut même s’appauvrir en termes réels.

Note [1] :  Depuis 2009, le taux du Livret A peut également être révisé les 15 avril et 15 octobre.

Note [2] :  Voici le texte intégral du Règlement no 86-13 du 14 mai 1986, tel qu’on peut le trouver sur le site de la Banque de France. Comme vous pouvez le voir, il n’est à aucun moment fait référence au taux d’inflation hors tabac mais simplement à l’indice INSEE des prix à la consommation de l’ensemble des ménages :

1. « Les taux des « livrets A » (Arrêté du 28 juillet 2008), des livrets d’épargne institués au profit des travailleurs manuels et des livrets de développement durable sont égaux, après arrondi au quart de point le plus proche ou à défaut au quart de point supérieur, au chiffre le plus élevé entre :
– a) La moyenne arithmétique entre, d’une part, la moitié de la somme de la moyenne mensuelle de l’Euribor 3 mois et de la moyenne mensuelle de l’Eonia, et, d’autre part, l’inflation en France mesurée par la variation sur les douze derniers mois connus de l’indice INSEE des prix à la consommation de l’ensemble des ménages ;
– b) L’inflation visée au a) majorée d’un quart de point.
Les données utilisées sont celles relatives au dernier mois pour lequel ces données sont connues » (Arrêté du 29 janvier 2008)

Note [3] :  Texte du règlement : « Toutefois, lorsque, à l’occasion de son calcul, la Banque de France estime que des circonstances exceptionnelles justifient une dérogation à l’application de l’un ou de plusieurs des nouveaux taux calculés selon les règles fixées au I du présent règlement, ou que l’application de la règle mentionnée au I 1o du présent règlement conduit à un nouveau taux des « livrets A » (Arrêté du 28 juillet 2008) ne permettant pas de préserver globalement le pouvoir d’achat des épargnants, le Gouverneur transmet l’avis et les propositions de taux de la Banque de France au ministre chargé de l’économie, président du Comité de la réglementation bancaire et financière. Dans ces cas, les taux sont maintenus à leur niveau antérieur et le Comité de la réglementation bancaire et financière examine l’opportunité de les modifier ». (Règlement no 2003-03 du 24 juillet 2003)

Note [4] : Près de la moitié des Livrets A ont moins de 150 euros.

En tant qu’utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l’information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu’utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l’information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

8 réflexions au sujet de « La baisse du taux du Livret A sera dure pour les petits épargnants »

  1. Ludovic Baratier

    Bonjour

    Le livret A baisse et baisse

    Mais où placer son argent pour le faire fructifier ?

    Ludovic

    Répondre
    1. Therese Auteur de l’article

      Pas de solution miracle. Dans l’immédiat on peut déjà déplacer son argent vers les livrets promotionnels qui servent un taux brut moyen de 2% à 3% sur 12 mois (voir article http://blog.financepratique.fr/2013/04/29/profiterdun-livret-d-epargne-en-promotion/, notez que les taux ont baissé depuis l’article, je vais publier une actualisation). C’est avantageux si on est faiblement imposé, mais les promotions sont de courtes durées, celles qui sont en cours actuellement vont se terminer fin août.

      Répondre
  2. Raleman

    C’est une catastrophe ! A ce rythme là, que va-t-il rester au petit peuple pour ne pas se paupériser encore plus en croyant économiser ? Les taux des livrets promotionnels ne sont pas mirobolants non plus. Et n’y a-t-il pas des conditions de ressources pour y accéder ? Que fait l’Etat ? La gauche n’est plus ce qu’elle était…

    Raleman

    Répondre
  3. Brigitte

    Merci pour ces explications très claires !
    Votre blog est très informatif. J’en parle à toutes mes copines.
    Continuez comme ça ! 🙂
    Bibi

    Répondre
    1. Therese Auteur de l’article

      Ça y est aujourd’hui 1er août 2013 le taux du livret A tombe de 1.75% à 1.25%. Les épargnant qui y ont placé des sommes important voudrons sans doute les déplacer vers des livrets promotionnels ou des fonds euros qui rapporterons plus même après impôts et prélèvements sociaux.

      Répondre

Répondre à Brigitte Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*