Pourquoi et comment préparer sa retraite quand on est jeune ?


10/10/2013 par Therese 3 réponses (3)

Poids de la retraite dans les finances personnellesDès notre premier jour de travail, nous cotisons pour notre retraite. Nos cotisations représentent une de nos plus grosses dépenses. A la retraite, les droits au versement de pensions ouverts par ces cotisations représentent un patrimoine dont la valeur potentielle dépasse souvent celle de tous nos autres biens. C’est pourquoi on devrait s’en préoccuper à tout âge. Des gestes simples permettent de s’y préparer quand on est jeune.

Quand on est jeune, qu’on commence sa vie active, on n’a pas vraiment envie de penser à la retraite. Mais la retraite, elle, ne nous oublie pas. Chaque mois, dès le premier jour de travail, on cotise.

 

Les cotisations de retraite sont une de nos plus grosses dépenses

Comme vous devez le savoir si vous travaillez dans le privé, les charges sociales que vous et votre employeur payez chaque mois représentent presque autant que votre salaire net (environ 95% en plus : plus de 20% payés par vous, et le reste par votre employeur). Or, parmi ces charges sociales, les charges liées à la vieillesse et à la retraite sont les plus élevées. Si on additionne les cotisations au régime d’assurance retraite de base et les cotisations aux régimes de retraite complémentaires de type AGIRC et ARRCO, ces charges dépassent de loin les cotisations d’assurance maladie et d’assurance chômage.

  • Par exemple, les cotisations obligatoires des régimes de retraite de base et des régimes de retraite complémentaire représentent environ la moitié des charges sociales payées par un cadre salarié, soit plus de 10% de son salaire brut, et un quart des charges payées par son employeur, soit plus de 15% de son salaire brut.

Ce sont donc des sommes énormes. En moyenne, on peut dire que pendant la vie active, à travers les charges salariales et patronales liées à la retraite et l’assurance vieillesse, on paye plus pour la retraite que pour le logement et l’alimentation. Quand on prend conscience de l’importance de cette dépense obligatoire, on est plus motivé pour s’en occuper, non ?

Les droits à la retraite sont souvent notre plus gros patrimoine

Nos cotisations constituent progressivement un énorme patrimoine. Pour bénéficier de la retraite à taux plein, il faut aujourd’hui cotiser pendant plus de 40 ans. Quand on arrive à l’âge de la retraite, les droits ouverts par ces années de cotisation représentent un patrimoine virtuel qui, dans la majorité des cas, est plus important que tous les autres éléments de notre patrimoine, d’une valeur supérieure même à celle de notre résidence principale si on est propriétaire de son logement.

Pourquoi parle-t-on de patrimoine « virtuel » ? Parce que la majeure partie des allocations de retraite sont versées sous la forme de pensions, de rentes que l’on ne touche que tant que l’on est en vie. La retraite n’est pas un capital immédiatement disponible. Mais c’est un gros patrimoine virtuel. En effet, l’espérance de vie à l’âge de départ en retraite, autour de 62 ans, étant de plus 21 ans pour les hommes et plus de 26 ans pour les femmes, la pension versée mensuellement ou trimestriellement pendant toute ces années atteindra en cumulé des sommes considérables. Exemple la retraite moyenne pour un homme :

  • Retraite moyenne en 2013 : 1 256 € pendant 21 ans =  316 512 €
  • Retraite fonctionnaire d’Etat : 2 127 € pendant 21 ans = 536 004 €

Des gestes simples pour préparer sa retraite quand on est jeune

Si on attend 55 ans pour s’occuper de sa retraite, on peut avoir de très mauvaises surprises. On découvrira, par exemple, que des trimestres entiers d’activité n’ont pas été comptabilisés, soit parce qu’il y a eu une erreur administrative (mais où?), soit, pire, parce qu’on n’avait pas cotisé correctement. Les cas d’employeurs indélicats qui n’ont pas versé les cotisations aux caisses concernées ne sont malheureusement pas rares !

La priorité des jeunes qui veulent éviter les mauvaises surprises est donc de comprendre et de suivre leurs droits. Quelques gestes simples et, bien sûr, pratiques, qui vous éviteront de vous prendre la tête plus tard :

Préparer sa retraite quand on est jeune

  • Vérifier ses bulletins de salaires. Combien cotisez-vous, sur quelle base (« l’assiette »), à quelles caisses de retraite ? Le département des ressources humaines, ou votre comptable si vous êtes un travailleur indépendant, vous aideront à vérifier que vous êtes bien assuré.
  • Suivre son dossier en ligne. Inscrivez-vous dès à présent sur le site de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) pour la retraite de base et sur le site de votre assurance retraite complémentaire (si vous êtes salarié, c’est l’assureur de votre dernier employeur). Grâce à votre numéro de sécurité sociale, vous pourrez suivre comment sont comptabilisées vos périodes d’activité pour le régime de base et pour les régimes complémentaires.
  • Conserver tous ses papiers. Le papier reste indispensable pour suivre un dossier de retraite ! Les bulletins de salaires doivent être conservés toute la vie. N’oubliez pas vos périodes de stages rémunérés. Si vous avez perdu certains bulletins, réclamez-les maintenant, sans attendre des années et que l’entreprise ait disparu… Chaque année, les caisses de retraite complémentaires vous envoient des relevés de points. A garder également.
  • Négocier sa retraite si on travaille à l’étranger. Faire valoir des droits à la retraite gagnés à l’étranger, même à l’intérieur de l’Union Européenne, est encore très compliqué. Si vous partez pour de courtes périodes, il est plus intéressant de vous faire détacher. Si vous prenez un emploi temporaire à l’étranger, vous considérerez peut-être une double cotisation ou le rachat de trimestres (voir ci-dessous).
  • Racheter une année d’étude en cas d’études longues. Le système de retraite permet de racheter des trimestres, par exemple lorsque l’on a fait des études longues ou lorsqu’on a travaillé seulement une partie de l’année. On parle de « rachat » parce qu’on va payer une certaine somme pour compenser les cotisations qu’on n’a pas payé. Plus on est jeune lors du rachat, moins c’est cher. Les fonctionnaires ont parfois la possibilité de valider des années d’études sans payer.
  • Epargner ou utiliser sa capacité d’emprunt. Si votre entreprise vous offre de participer à un plan d’épargne retraite de type PERCO, vous vous constituez une retraite complémentaire dans des conditions fiscales intéressantes. Mais si vous avez moins de 35 ans, les contrats retraites de type PERP ou Madelin, qui rapportent peu et bloquent votre argent sur le très long terme, ne sont sans doute pas votre priorité –d’autant moins que, étant faiblement imposé, vous ne retirez pas de gros avantages fiscaux de ces produits. Prendre une assurance-vie pour vous constituer une épargne dynamique, ou acheter à crédit le studio que vous habitez sont sans doute des investissements bien plus utiles !

Faites entendre votre voix dans le débat sur la réforme des retraites 

On entend souvent des jeunes dire « D’ici que j’arrive à l’âge de la retraite, les caisses seront vides. » Ce n’est pas vrai. Il ne faut pas se laisser décourager par la perspective d’une faillite du système de retraite, mais agir pour influencer la réforme des retraites de façon à ce qu’elle soit la plus juste pour toutes les générations.

Les régimes de retraite accusent un déficit important, essentiellement parce que l’allongement de la durée de vie n’a pas été suivi par un allongement de la durée de cotisation. Ainsi entre 1958 et 2011, par une combinaison d’abaissement de l’âge de la retraite (l’âge légal était 65 ans en 1958) et d’allongement de la durée de vie, les hommes français ont gagné 9 ans d’espérance de vie à la retraite et les femmes 11 ans. Un grand progrès… mais aussi une énorme charge financière. Au lieu d’adapter progressivement le système de retraite à la nouvelle durée de vie, comme l’ont fait les Allemands, les gouvernements français successifs ont préféré faire l’autruche et conserver, voire augmenter, des droits de retraite que le système ne pouvait pas porter. Ils ont ainsi créé les conditions pour un déficit croissant des systèmes de retraite.  On évalue ce déficit à 13 milliards en 2020, après la réforme en discussion actuellement, et à 20 milliards sans la réforme.

Bien que chacun sache que la réforme des retraites est nécessaire, elle ne peut qu’être impopulaire puisqu’il s’agit de revenir sur des droits acquis. C’est la seule et unique raison pour laquelle les gouvernements la retardent.

Aux jeunes de faire entendre leurs voix pour que la réforme ait lieu sans qu’aucune génération ne soit plus sacrifiée qu’une autre.

Recevez gratuitement notre newsletter d’infos pratiques !

 

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

3 réflexions au sujet de « Pourquoi et comment préparer sa retraite quand on est jeune ? »

  1. Ping : 10 bonnes résolutions de finance personnelle pour 2014

  2. Ping : Les français résignés à ne contrôler que leurs dépenses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*