Témoignage : les finances personnelles d’une jeune entrepreneur


26/10/2013 par Therese 2 réponses (2)

Les finances personnelles d'une jeune entrepreneur
Ce portrait est le premier d’une série de témoignages. Une lectrice de Finance Pratique, jeune entrepreneur parisienne, témoigne de son expérience dans la gestion de ses finances personnelles. Tout en préservant son anonymat, elle partage de façon directe et authentique ce qu’elle considère rétrospectivement comme ses bonnes et ses moins bonnes décisions – pour aider, ou simplement inspirer d’autres personnes.

Bonjour Céline. Comment décrirais-tu ton rapport à l’argent et à la gestion de tes finances personnelles ?

Quand j’étais salariée, j’étais très dépensière. Mais quand j’ai commencé à préparer mon projet d’entreprise, j’ai pris conscience de tout ce que je pouvais épargner en 6 mois. J’ai dû calculer le capital dont j’aurais besoin pour investir et faire un budget des dépenses indispensables pour vivre sans autre revenu. Je suis passée du côté des fauchés ! Mais dépenser sans compter ne me manque pas parce que je suis guidée par mon objectif d’entreprise.

Comme je fais pas mal de budgets pour mon travail, je fais plutôt un budget à la louche pour mes finances personnelles. Je regarde plus en détail sur Excel tous les 3 ou 4 mois.

Quels outils utilises-tu pour gérer tes finances personnelles ?

J’utilise l’application Bankin. Mais je regarde surtout ma banque en ligne sur BNP Paribas tous les jours. Elle a une bonne ergonomie, une navigation très claire. Je consulte mes comptes business et perso sur PC, iPad et mobile. D’une manière générale, j’aime tout faire en ligne. Je déteste le papier, et en particulier les chèques. Je ne peux pas comprendre qu’on puisse encore payer par chèque à notre époque. Même ma grand-mère sait faire des virements par Internet !

Est-ce que tu te fais conseiller ?

J’ai un cousin banquier qui m’a donné de bons conseils. Par contre, mon conseiller financier à la banque a malheureusement confirmé tous les clichés. Quand tu as le compte en banque qui déborde, il est tout miel. Mais aujourd’hui, en tant qu’entrepreneur, même si je n’ai aucune dette et que je n’utilise que ma facilité de caisse, j’ai bien compris que je n’étais plus le client idéal.

Quelles décisions financières as-tu prises dont tu peux dire maintenant que c’étaient de bonnes décisions ?

Une décision financière dont je suis contente est d’avoir acheté un appartement à 26 ans quand j’étais salariée en CDI. Quand tu as moins de 30 ans, l’assurance emprunteur est moins chère et on te demande moins d’apport personnel [Note 1]. J’ai donc acheté à crédit sur 14 ans un studio de 23 m2 en banlieue, que je loue. Aujourd’hui il ne me reste que 8 ans de crédit à rembourser. C’est quasiment une opération blanche en ce sens que le loyer couvre presque tous les remboursements et les frais, sauf la taxe foncière.

J’ai trouvé les démarches administratives d’un l’achat immobilier plus faciles que ce qu’on m’avait dit. Je suis contente d’avoir fait cette première expérience et d’avoir un bien qui pourra me servir d’apport, par exemple pour acheter ma résidence principale.

La deuxième décision dont je suis satisfaite est d’avoir ouvert un compte d’épargne retraite Madelin sur les conseils de mon cousin banquier. Chaque mois je verse 150 euros sur ce contrat de retraite défiscalisé. L’argent s’accumule vite, et c’est indolore pour ma société.

Quelles décisions vois-tu rétrospectivement comme des erreurs, que ferais-tu autrement ?

A dix huit ans j’ai reçu une donation de ma famille sous forme d’une assurance vie. Je ne m’en suis pas occupée, et je ne connaissais pas bien mon portefeuille de fonds, d’actions et d’obligations. Pendant la crise de 2008, ce portefeuille a perdu 30 000 euros. En 2012, j’ai eu besoin de capital pour fonder ma société et j’ai donc vendu. Je pense que j’ai mal vendu.

Après l’achat de mon studio, j’aurais mieux fait d’y habiter en résidence principale, au moins au début. J’aurais pu alors profiter de certains avantages, comme le prêt à taux zéro. Je n’ai pas non plus assez pensé à la valeur de revente. Aujourd’hui, je constate que mon studio n’a pas pris autant de valeur que le marché. Dans mon enthousiasme, j’ai choisi trop vite.

Merci, Céline  !

Plus que jamais depuis la crise, les consommateurs ont besoin d’information pratique et authentique en matière de finances personnelles. Partagez vous aussi votre expérience. C’est aussi simple qu’une interview. Vous restez anonyme. Nous faisons tout le travail de mise en forme. Contactez-nous !

[Note 1] Finance Pratique : A noter que la plus value de la vente du studio de Céline ne sera, dans ce cas, pas imposée. En effet, la première vente d’un logement autre que la résidence principale est exonérée d’impôts sur la plus value à condition que tout ou partie du prix de cession soit utilisé dans les 24 mois pour acheter une résidence principale.

En tant qu’utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l’information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu’utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l’information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

2 réflexions au sujet de « Témoignage : les finances personnelles d’une jeune entrepreneur »

  1. ludovic baratier

    bonjour

    quelqu’un de pragmatique, c’est bien et ca remet en place le sens des valeurs

    merci pour ce portrait

    ludovic

    Répondre
  2. Blandine

    C’est vrai qu’on a besoin de témoignages, surtout moi ! Il ne suffit pas de lire des articles pour se lancer. On peut également en apprendre beaucoup à travers ce genre de récit. Je le recommande vivement aux débutants comme moi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*