Les français résignés à ne contrôler que leurs dépenses


11/03/2014 par Therese Réagir (0)

Intentions des français gestion finance personnelleInterrogés sur leurs intentions pour mieux gérer leur argent en 2014, les français se montrent focalisés sur le contrôle des dépenses. Très peu sont convaincus d’essayer d’accroître leur revenu en gagnant plus ou en épargnant mieux. Résignés ? Finance Pratique rappelle de bonnes pratiques pour ne pas baisser les bras.

En février, lors de notre sondage « Les Français et l’argent », nous avons demandé à un échantillon représentatif de 1 000 français quelles étaient leurs bonnes résolutions pour mieux gérer leur argent en 2014.

Voici les principales conclusions :

  • Bonne motivation pour mieux gérer ses finances: 85% des répondants ont pris une ou plusieurs bonnes résolutions pour mieux gérer leur argent en 2014; 1 répondant sur 3 a l’intention de mieux s’organiser pour le faire, et 1 sur 5 se fixe un objectif financier et le budget qui va avec.
  • Focalisation sur le contrôle des dépenses : 59% des répondants, soit plus des 2/3 de ceux qui ont pris une bonne résolution, veulent contrôler leurs dépenses en faisant plus attention et en comparant les prix; 1/4 veut mieux s’organiser pour éviter les pénalités de retard de paiement; et 18% veulent réduire les dépenses pré-engagées de type loyer et énergie.
  • L’épargnant moyen a peu d’espoir d’améliorer son revenu. Seulement 16% des répondants ont l’intention de mieux faire fructifier leur épargne. Pas étonnant quand on sait que seul 1 français sur 3 arrive à épargner en fin de mois. Les ménages à hauts revenus, de plus de 5000 euros par mois, sont d’ailleurs plus nombreux (35%) à espérer plus de rentabilité. Mais, quel que soit le niveau de revenu, très peu  de répondants (6%) envisagent de provoquer une augmentation de leur revenu d’activité. Seuls les 25-34 ans semblent plus motivés avec un score de 13%.
  • Faible motivation pour mieux utiliser les produits financiers : retraite, crédit, assurance. Il n’y a pas que la gestion de leur épargne qui motive peu les répondants. Mieux gérer leur retraite (9%), leur crédit (8%) et leurs assurances (6%) trouve également peu d’écho.

Ne baissons pas les bras, révisons les priorités

« Peut mieux faire. » C’est la note qu’on pourrait attribuer aux français pour les bonnes résolutions de gestion de finance personnelles qu’ils affichent.

  • En positif, il y a une intention de passer à l’action, de s’organiser, et de consommer mieux, moins cher.
  • En négatif, les français semblent trop résignés à ne pouvoir agir sur leur revenu et ils devraient repenser leurs priorités de contrôle des dépenses.

3 suggestions pour revoir ses priorités :

  1. Ne pas céder au pessimisme ambiant. Dans le contexte actuel de chômage et de crise durable, il est compréhensible que beaucoup n’envisagent pas une augmentation. Mais il faut résister. Il faut continuer à se concentrer sur la création de valeur, premier pas vers l’accroissement du revenu, en innovant, en étant plus productif, en prenant des risques. Comme le prouvent la hausse des valeurs boursières et la profitabilité retrouvée des banques, on peut faire fructifier son argent ! Soyons exigeants. Exemple : Placer un peu de son épargne moyen-terme dans le prêt participatif.
  2. Commencer par réduire les dépenses pré-engagées. Les dépenses pré-engagées résultent de contrats de location, d’abonnements type EDF et de prélèvements automatiques comme la consommation d’électricité ou encore iTunes. Elles représentent en moyenne 1/3 des dépenses d’un ménage. Réduire ces dépenses récurrentes a donc un gros impact et c’est donc logiquement par là qu’il faut commencer. Exemples : Baisser le thermostat de la maison vide pour réduire la consommation d’électricité; Vérifier ses réductions d’impôt; Supprimer les abonnements peu utilisés de type magazine, télé, ou gym.
  3. Optimiser ses services financiers. Les services financiers ne reçoivent pas une attention à la mesure de leur importance. La retraite est la plus grande dépense « invisible » des salariés puisque la plus grande partie des cotisations patronales et salariales y sont consacrées. Les autres assurances : habitation, santé, auto, accidents de la vie, scolaire s’additionnent, et se recoupent parfois. Quant au crédit, 25% des foyers français l’utilisent, involontairement, au taux le moins favorable puisqu’ils sont à découvert chaque mois ! Chaque foyer doit régulièrement remettre en question ses services financiers pour vérifier qu’ils correspondent toujours à sa situation et à ses objectifs.  Exemples : si on finit tous les mois en découvert bancaire, peut-être faut-il prendre un Compte Nickel.  Si la voiture est vieille, revoir le contrat d’assurance à la baisse.

Courage, on en a tous besoin !

 

 

 

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*