Où va l’argent des jeux d’argent ?


03/04/2014 par Therese 11 réponses (11)

Les gains des jeux de hasardLes jeux d’argent et de hasard rapportent plus 46 milliards. A qui va cette manne ? La plus grande partie retourne dans la poche des joueurs et des parieurs sous forme de gains. C’est ça qui rend accro. En rêvant au gros lot, le joueur moyen oublie qu’une bonne partie de sa mise est une dépense nette.

Un adulte sur deux, soit 23 millions de français jouent à des jeux d’argent et de hasard et plus de 5 millions sont des joueurs réguliers. Tirage, grattage, paris sportif, casino, il y en a pour tous les goûts, et certains sont accros. L’Observatoire des jeux estime à 200 000 le nombre de joueurs pathologiques, et environ 800 000 le nombre de joueurs à problème.

Le résultat : des chiffres pharamineux que l’INSEE vient de publier dans son dernier rapport:

  • 46,2 milliards misés sur les jeux d’argent et de hasard en 2012.
  • 2 000 euros par joueur en moyenne, il y en a qui misent gros !
  • Plus de 0,8% de la consommation totale des ménages (joueurs et non joueurs).
  • Les casinos représentent 15 milliards, suivis de la Française des Jeux (FDJ) 12 milliards, le PMU 10,5 milliards et 8 milliards pour les jeux en ligne autre que FDJ et PMU).

Bref, on dépense bien plus pour les jeux d’argent et de hasard que pour les livres.

Où va cet argent ? En grande partie, il retourne dans la poche des joueurs sous forme de gains.

  • 80% de la mise totale est retourné aux joueurs sous forme de gains, c’est ce qu’on appelle le Taux de retour joueurs (TRJ). Le taux de retour est strictement règlementé.
  • Le taux de retour varie de 65% à 93% selon les types de jeux. Les jeux de loterie, typiques de la FDJ, ne sont pas autorisés à retourner plus de 75% sous forme de gains, la FDJ retourne 65 euros sur 100. Le PMU et les paris sportifs sont limités à 85%, ils retournent 76 euros sur 100. Les machines à sous, au contraire, sont obligées de retourner plus de 85%, d’où le retour de 85 euros sur 100 des Casinos. Les entreprises françaises de jeux en ligne, type poker en ligne, sont un cas spécial : Leur taux de retour est de 93% car elles perdent de l’argent pour attirer les joueurs.
  • L’Etat ponctionne peu les opérateurs. Contrairement à une idée reçue, l’Etat prélève relativement peu, soit 12% du total joué. Seule la FDJ, qui a le monopole des jeux de hasard et appartient à 75% à l’Etat, est ponctionnée à 23% des mises.
  • Les coûts des opérateurs et leurs profits sont limités. Ensemble, les coûts d’opération et les profits des entreprises de jeux représentent moins de 10% de la mise. Les coûts sont étroitement surveillés pour prévenir les détournements et le blanchiment d’argent. Le marketing et la publicité sont règlementés pour limiter les addictions.

La part très importante des gains retournée aux joueurs, 80% en moyenne, fait oublier aux joueurs la différence entre la mise est les gains, c’est-à-dire leur dépense nette, ce qui sort de leur poche sans jamais y revenir. Il est utile de se rappeler que :

  • La dépense nette moyenne est de 400 euros par an par joueur ! C’est de l’argent que le joueur ne reverra jamais. Il faut se demander si le plaisir en vaut la peine.
  • Les gains moyens sont très faibles. Vous avez parfois une chance sur 6 ou sur 10 de gagner… le droit de rejouer ! Par exemple les 2 euros du ticket de loto. Ces petits gains sont là pour stimuler votre envie de continuer à jouer et dépenser tranquillement 200 ou 300 euros nets par an à force de 5 euros par semaine !
  • Les gros gains sont concentrés sur un tout petit nombre de joueurs. D’après Wikipédia vous avez une chance sur 20 millions de gagner un gros lot du Loto. Trois fois sur quatre, il n’y a pas de gagnant. Dans les jeux de semi hasard comme les paris sportif ou le poker, ce sont souvent les mêmes qui centralisent les gains, par exemple les joueurs de poker professionnels (qui sont, eux imposables).
  • Les jeux avec le plus fort taux de retour sont les plus addictifs. Précisément parce qu’on constate qu’on peut gagner souvent, et des sommes significatives, parce qu’on entend les pièces qui tombent, on a beaucoup de mal à s’arrêter de jouer sur les machines à sous. Au final, malgré un taux de retour de 85%, on finit pas dépenser plus.
  • En positif : les gains de jeu de hasard ne sont pas imposables, sauf si on est un joueur professionnel.

Conclusion

La publicité nous dit que tous ceux qui ont gagné au loto ont tenté leur chance. Une certitude : ils ont bien dépensé de l’argent pour acheter un billet. Donc, soyons conscient du taux de retour et de la dépense nette des jeux d’argent et de hasard pour mieux nous amuser.

L’argent, pas le stress !

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

11 réflexions au sujet de « Où va l’argent des jeux d’argent ? »

  1. Philippe Geffroy

    Bonsoir. Merci pour cet article documenté qui explique parfaitement que les joueurs sont les perdants. On sait de plus que gagner de grosses sommes au loto fait encourir un vrai risque psychique (sudden money syndrom) et que la plupart y succomberont. Quand on entend en plus ces mêmes joueurs critiquer « les riches » et argumenter « qu’il faut les faire payer », on voit qu’ils ne sont pas à quelques incohérences près. Derrière, il faut voir aussi la dépendance non pas aux jeux, mais aux sensations et émotions générées par le fait de jouer. Ainsi que la souffrance psychique qu’il y a derrière.

    Répondre
    1. Therese Auteur de l’article

      Merci, Philippe, pour cette éclairage sur la souffrance psychique liée aux jeux d’argent. Cette souffrance me semble assez palpable quand je vois l’atmosphère de tension qui règne dans certains gros bureaux de PMU. Il semble très difficile de rester dans l’amusement, le « fun » quand on joue à des jeux d’argent.

      Répondre
  2. Metinidiz

    Moi j’ai jouer pour 200 000 euro en 2 ans
    Casino. ..pmu….
    J’ai jamais gagner une somme correct ces du vol total
    Pmu je vois du vol en direct mais on est impuissant face à un écran
    Bref

    Répondre
    1. Therese Auteur de l’article

      @Metinidiz 200 000 euros!!! On voit que les jeux d’argent vous avaient bien attrapé dans leur cycle infernal. Merci pour votre témoignage.

      Répondre
    2. Don Pedro

      Et c’est bien là que le bât blesse :-/
      Quel système d’une perversion absolue !!!
      L’État vous dépouille à longueur d’année… Une fois que toutes les taxes quelles qu’elles soient, impôts, impôts locaus,taxes sur salaires, jusqu’à la tva, etc….ont été payées, on se rend compte qu’il ne nous reste déjà pas grand chose….
      Et la perversité de ces systèmes de jeux, fait que, les gens vont eux même à travers ce système diabolique,donner les derniers sous qu’il leur reste, dans l’espoir (1 chance sur 20 millions….:-/ ) de sortir de la misère, voire de s’enrichir à l’image de ceux qui nous exploitent…..:-/ tout ceci est malsain, il n’y a rien d’autre à dire….

      Répondre
  3. Brm

    J’ai 40 ans j’ai commencer à jouer à partir de 17ans j’ai ruiner ma vie celle de personnes que j’aimais, j’ai perdu plus de 300000 € aujourd’hui , ma situation et catastrophique sans emplois vu mes dettes, le conseille viver heureux ne jouer pas , le principal à tous c’est opérateurs c’et de vous prendre votre argent et le fruit de votre travail en un éclair !!!

    Répondre
    1. Therese Auteur de l’article

      @brm désolée pour ce temps gâché. Je vous souhaite de trouver une nouvelle voie qui vous apportera la paix et le bonheur. Merci pour votre partage. Si même une seule personne lit et comprend votre message, ce sera énorme.

      Répondre
    2. Servane

      Bonjour à tous ,
      Dans le cadre d’un tpe sur les jeux d’argent je cherche une personne ayant la force de témoigner pour notre groupe de son expérience néfaste des jeux d’argent je vous laisse mon mail au cas où on vous y serez d’accord
      servaneperzo@yahoo.fr

      Répondre
  4. Ping : 5 causes fréquentes de décision financière irrationnelle

  5. mama

    article interessant mais il n’y a pas de statut de joueur professionnel en France. Selon la loi des jeux en ligne de 2010, il s’agit de jeux de hasard notamment pour le poker donc il y a incoherence quand le fisc veut taxer les gros joueurs gagnants…
    Ce qui est clair c’est que les joueurs sont des vaches a lait et que la protection n’est qu’un effet de manche pour obtenir une partie du magot des jeux, la regulation de 2010 n’a été faite que par Nico Sarkozy et Woerth pour en faire profiter leurs amis actionnaires de ces opérateurs…

    Répondre
  6. Don Pedro

    Merci pour cet article qui éclaire un peu sur la réalité des jeux.
    D’ailleurs, où va tout cet argent que l’État encaisse….?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*