Investir au capital d’une jeune entreprise – questions à Benoit Bazzocchi


26/04/2014 par Therese 2 réponses (2)

Investir au capital d'une jeune entrepriseLe PEA, le PEA PME et l’investissement participatif (equity crowdfunding) donnent aux particuliers des opportunités sans précédent d’investir au capital de jeunes entreprises. Benoît Bazzocchi, président et fondateur de la plateforme d’investissement participatif SmartAngels répond à nos questions sur les particularités de ce type d’investissement et sur comment fonctionne SmartAngels.

Aujourd’hui un épargnant moyen peut, en quelques clics, devenir actionnaire d’une startup. Mais investir dans des sociétés non cotées, que ce soit dans le cadre du  PEA ou du crowdfunding, nécessite information et préparation.  Benoît Bazzocchi, président et fondateur de la plateforme d’investissement participatif, SmartAngels, explique comment cela peut être enrichissant, dans tous les sens du terme.

Bonjour, Benoît. Investir au capital d’une jeune entreprise, n’est-ce pas très risqué ? Comment gérer ce risque ?

Comme dans toute décision de placement, l’épargnant doit prendre ses décisions en fonction de son profil et de son objectif global, son projet de vie. Est-il un jeune actif avec un objectif de croissance de son capital ou un retraité avec un objectif de transmission ? L’objectif détermine la répartition de l’épargne dans des placements à différents niveaux de risque, de rendement, de liquidité, et d’horizon de placement –  soit l’allocation de ses actifs.

Les actions d’entreprises non cotées en bourse font partie de la classe des actifs risqués. Les actions de startups, de jeunes entreprises non cotées qui n’ont pas d’historique de performance, font partie des actifs très risqués. Le risque est que l’entreprise ne livre pas les résultats attendus, mais surtout le risque qu’elle fasse faillite. Pour l’épargnant, le risque de perdre 100% du capital investi est réel.

Pour gérer ce risque, il faut respecter le principe de diversification. En règle générale, on dit que les actifs très risqués ne doivent pas dépasser 5% du portefeuille total de l’investisseur, ou 10% pour un profil d’investissement dynamique. Il faut aussi diversifier à l’intérieur de la classe d’actif. En clair : ne pas investir dans une seule entreprise mais plutôt dans 3 à 5 entreprises différentes.

Quel rendement peut-on attendre en contrepartie de ce risque ?

Quand on rentre très tôt au capital d’une entreprise qui a un fort potentiel de croissance, on peut raisonnablement attendre une forte plus-value qui permettra de tripler ou de quintupler sa mise. Mais on peut faire beaucoup plus. Par exemple, des entrepreneurs comme Marc Simoncini de Meetic, ou Pierre Kosciusko-Morizet de PriceMinister, ont lancé leur entreprise à partir de rien, comme des startup. Leurs sociétés sont ensuite devenues leaders sur leur marché et ont ainsi rapporté des millions à leurs premiers investisseurs.

Bien sûr, ce sont des exemples emblématiques de start-ups qui ont réussi. A coté de celles-ci, il y a des dizaines, voire des milliers de petites entreprises qui échouent. C’est pourquoi il faut investir avec discernement.

A quel horizon l’investisseur peut-il espérer une sortie, c’est-à-dire une opportunité de céder ses parts pour réaliser sa plus-value ? L’investissement au capital d’une start-up n’est-il pas particulièrement illiquide ? 

L’argent investit dans une start-up doit l’être pour le long-terme. Il est difficile de prévoir le moment où les actionnaires auront une opportunité de sortie du capital (exit). Les différentes possibilités de sortie sont :

  • l’acquisition de la société par une autre entreprise,
  • le rachat des actions des premiers investisseurs par de nouveaux investisseurs, ou par la société elle-même,
  • l’entrée en bourse de la société.

L’horizon de la sortie est incertain. Il n’est en général pas inférieur à 5 ans, et peut aller jusqu’à 10 ou 15 ans. On table en moyenne sur 5 à 10 ans.

La liquidité des actions, la possibilité de les revendre à tout moment, est liée à la performance de la société. Si la société n’est pas performante, on ne trouvera pas d’acheteur. Mais si la société est performante, on ne voudra pas vendre…

SmartAngels est une plateforme d’investissement participatif, qui permet aux particuliers d’investir dans des start-up et des PME, comment la plateforme fonctionne-t-elle?

Le crowdfunding permet aux petits investisseurs de participer au financement en capital des entreprises. C’est un mode d’investissement qui était auparavant réservé au professionnels et aux grandes fortunes. Les particuliers n’avaient aucun moyen d’y accéder en direct.

Sur SmartAngels, le ticket d’entrée pour les investisseurs, la mise minimale, est généralement de 1 000 euros. Mais cela varie selon les levées de fonds.

Nous ne présentons que des entreprises qui ont un fort potentiel de croissance, quel que soit leur secteur, car sans croissance l’entreprise ne créera pas de plus-value pour l’investisseur. Nous analysons le marché, les produits, les leviers de croissance, et surtout la qualité de l’équipe dirigeante, afin d’éliminer les dossiers qui n’ont pas le potentiel requis.

Notre travail est un travail de pré-sélection. La véritable sélection des projets d’entreprises est faite par la communauté des investisseurs lorsqu’ils décident, ou non, d’investir. Chaque entreprise se fixe un objectif de levée de fonds. Elle doit atteindre un certain seuil, c’est-à-dire convaincre un minimum d’investisseurs, pour que son projet soit considéré comme viable et qu’il soit effectivement financé.

Pour se décider l’investisseur dispose d’une série d’informations formelles et informelles:

  • Une présentation synthétique (Executive Summary)
  • Un mémorandum d’information, qui contient un plan détaillé sur l’emploi des fonds que la société veux lever et les résultats attendus.
  • Une note d’opération qui contient les éléments juridiques et financiers tels que les clauses du pacte d’actionnaires.
  • La possibilité d’échanger avec les entrepreneurs et les autres investisseurs grâce à des vidéos conférences, des forums, ainsi que des rencontres physiques.

Comment la plateforme SmartAngels accompagne-t-elle les épargnants une fois qu’ils sont devenus actionnaires d’une ou plusieurs entreprises ?

Nous avons développé un module d’échange d’information qui facilite la communication entre l’entreprise et ses actionnaires. La publication régulière des résultats de l’entreprise est une obligation inscrite dans le pacte des actionnaires. Mais au delà de l’obligation légale, les entrepreneurs qui choisissent de lever des fonds en crowdsourcing s’engagent dans une démarche d’économie collaborative. Ils prennent conscience de l’importance du dialogue avec leurs actionnaires comme une des communautés importantes dans la vie de l’entreprise.

Pour conclure, un conseil pratique à donner aux lecteurs de Finance Pratique ?

Prenez un peu de temps pour découvrir le monde de l’investissement dans les startups. Allez vers les entreprises. Intéressez-vous aux secteurs nouveaux qui sont au coeur de l’innovation.  Non seulement c’est passionnant, mais c’est important, en tant que citoyen. Il faut se réapproprier à quoi sert notre épargne.

Merci, Benoit !

[Note]  Finance Pratique n’a aucune relation commerciale avec la société SmartAngels et cet article n’a pas valeur de recommandation.

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

2 réflexions au sujet de « Investir au capital d’une jeune entreprise – questions à Benoit Bazzocchi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*