10 gestes pour protéger sa carte bancaire d’un débit frauduleux


13/05/2014 par Therese 5 réponses (5)

 10 gestes pour protéger sa carte bancairePlus de 700 000 ménages par an sont victimes de débits frauduleux sur leur compte bancaire parce que les données personnelles de leur carte bancaire sont piratées à leur insu. Il faut protéger ces données car, en cas de négligence, votre responsabilité peut être engagée. 10 comportements à adopter pour réduire le risque de fraude. 

Débit frauduleux : une criminalité en forte augmentation

L’enquête « Cadre de vie et sécurité de 2013 » de l’INSEE et de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a révélé que plus de 700 000 ménages auraient été victimes de débits frauduleux résultant de l’utilisation illicite des données de leur carte bancaire, à leur insu, sans que la carte soit perdue ou volée.

Le nombre de ces fraudes a augmenté de 11% en un an. La moitié des victimes rapporte un préjudice de moins de 300 euros, en un ou plusieurs débits frauduleux. Mais les 20% de préjudices supérieurs à 1 000 euros pèsent lourd : ils font monter la moyenne à 900 euros !
Parmi les victimes, 85% ont été remboursées par leur banque. Dans seulement 5% des cas, le remboursement a été refusé. Les 10% restants sont des affaires en cours, ou des ménages n’ayant pas demandé de remboursement.

Beaucoup de fraude sur Internet et depuis l’étranger

Dans la majorité des cas, le fraudeur a piraté les données personnelles de la carte bancaire ou du compte de sa victime sans que celle-ci s’en aperçoive. Ce n’est qu’en consultant son relevé de compte ou, plus rarement, quand la banque le lui signale, que la victime constate le débit frauduleux. Ces débits frauduleux sont faits par les moyens suivants :

  • 55% par un achat sur Internet,
  • 13% par un achat dans un commerce physique,
  • 12% par un retrait au DAB,
  • 6% par un virement bancaire,
  • 13% d’autre manière, par exemple en créditant une carte téléphonique.

Dans environ 40% des cas, le débit frauduleux est fait depuis l’étranger. Dans seulement une minorité de cas, la victime se rappelle ou soupçonne l’origine de la fraude.

10  gestes pour protéger sa carte bancaire

Même si on est remboursé, être victime de débit frauduleux entraîne toujours des désagréments, à commencer par le blocage de sa carte. De plus, faire preuve de négligence pourrait engager votre responsabilité et vous priver de remboursement en cas de fraude.
Il est donc essentiel de protéger les données personnelles qui sécurisent votre carte bancaire. Voilà 10 gestes qui y contribuent :

  1. Utiliser des distributeurs (DAB) familiers. Pourquoi ? Le skimming consiste à trafiquer les distributeurs automatiques de billets (DAB) en collant une caméra espion ou un faux clavier qui capture vos données. On évite le distributeur inconnu dans un coin sombre !
  2. Ne pas se laisser distraire, et cacher le code pin qu’on tape. Pourquoi ? Le(s) fraudeur(s) observent à la dérobée le code pin que vous tapez. Ensuite, ils vous distraient pour vous voler la carte. Mettre l’autre main au dessus de la main qui tape le code est assez efficace.
  3. Cacher le cryptogramme, à coté de la signature, au dos de la carte. Pourquoi ? Ce code, de trois chiffres, aussi appelé cvv ou cvc, est exigé pour la plupart des achats sur Internet. C’est une sécurité supplémentaire qui permet de vérifier que la carte est bien en possession de son titulaire. Les marchands n’ont pas le droit de l’enregistrer. Il existe des stickers et gommettes pour le cacher, mais cela peut poser des problèmes [Note 1]. Il vaut mieux simplement ne pas le montrer. A propos, un rappel : si votre carte n’est pas signée, toute fraude sera de votre responsabilité !!
  4. Ne pas se séparer de sa carte. Pourquoi ? Les données de votre carte n’apparaissent pas en clair sur les facturettes imprimées. En prenant votre carte, prétextant par exemple que son lecteur n’a plus de piles, un fraudeur dans un restaurant ou un magasin se donne le temps de noter vos données, y compris le crypto . Refusez.
  5. Ne  pas écrire le code pin de sa carte bancaire sur un post it ! Pourquoi ? Les fraudeurs connaissent nos habitudes et fouillent aussi bien les recoins des portefeuilles, que les emails et papiers personnels. Si vous devez vraiment noter votre code pin, alors « encodez votre code » au milieu d’autres informations.
  6. Ne renseigner ses données que sur un site https://. Pourquoi ? Les fraudeurs peuvent très bien imiter d’une page Web d’une société comme PayPal pour vous faire saisir vos données. Mais l’adresse Web de la page sera complexe et ne sera pas une url sécurisée « https:// ». On ne renseigne ses données bancaires que sur des sites de paiement https:// sécurisés. Si votre banque utilise le système de vérification 3D secure, avec par exemple envoi de SMS de confirmation, c’est encore mieux.
  7. On ne divulgue pas ses données en réponse à un mail. Pourquoi ? Le phishing ou hameçonnage consiste à extorquer vos données personnelles par la ruse. Généralement vous recevez un email de la part d’un faux service client vous demandant de re-rentrer vos données personnelles à cause d’un problème technique. Derrière un nom d’expéditeur de mail plausible, tel que « Service client PayPal », se cache une adresse complexe et bizarre qui n’a rien à voir avec PayPal. Il y a aussi du phishing par téléphone.
  8. On actualise ses logiciels. Pourquoi ? Les logiciels espions, qui capturent vos données et les bots, qui transforment votre PC en robot-esclave, exploitent les failles des navigateurs, des systèmes d’exploitation et des logiciels antivirus. Les mises à jour des éditeurs comblent ses failles au fur et à mesure qu’elles sont découvertes.
  9. On protège sa carte sans contact. Pourquoi ? Une carte de paiement sans contact peut être lisible dans un rayon de 10 cm. Pour éviter de se faire pirater ses données dans la queue du McDo on peut mettre la carte dans une enveloppe spéciale qui bloque le signal.
  10. On contrôle ses relevés. Pourquoi ? Si vous vérifiez votre relevé chaque jour, par exemple sur votre relevé mobile, la mémoire de vos dépenses est encore fraîche, vous repérez et signalez la fraude très rapidement.

Si vous avez détecté un débit frauduleux

Les débits frauduleux seront remboursés, avec, sauf assurance spécifique, une franchise de 150 euros pour les paiements illicites débités avant l’opposition. Trois démarches sont nécessaires pour prouver votre vigilance, et l’absence de négligence :

  • Faire opposition immédiatement. La sécurité de votre carte est compromise et vous ne savez pas combien de débit frauduleux vont se présenter. Faites opposition au plus vite par téléphone au service interbancaire d’opposition à carte bancaire 0 892 705 705 (0,34 euros par minute), ou +33 442 605 303 depuis l’étranger. Notez bien la date, l’heure et le numéro d’enregistrement qui atteste de votre opposition globale. Tous les paiements postérieurs à cette date seront rejetés.
  • Confirmer par lettre recommandée avec accusé de réception (AR) à votre banque. Cette démarche est parfois exigée par votre convention bancaire. Indiquez les références de votre opposition par téléphone et le détail des paiements contestés. Recommencez si d’autres montants s’ajoutent aux premiers. Ici : Modèle de lettre.
  • Faire une déclaration au commissariat. Il y a une contradiction entre, d’un coté, certaines banques qui prétendent, à tort, que porter plainte est obligatoire et, d’un autre coté, certains commissariats de police surchargés qui essayent de vous dissuader de le faire.  La plainte n’est pas obligatoire.  Cependant, si préjudice est important, il est plus sûr de porter plainte ou au moins déposer au moins une main courante. C’est ce que font la plupart des gens. Selon l’article 15-3 du code de procédure pénale, « la police judiciaire est tenue de recevoir les plaintes déposées par les victimes d’infractions ».

Ces précautions n’éliminent pas le risque de fraude mais le réduisent.

❗ Attention une fausse déclaration peut entraîner une amende de 450 à 375 000 euros et une peine de 1 à 5 ans de prison. Aucune opération ne peut être remboursée si elle date de plus de 13 mois.

[Note 1] Les stickers, par exemple sous forme de gommette qu’on appose sur le code crypto au dos de la carte, peuvent poser des problèmes pour la lecture de la carte, voire se détacher et bloquer le lecteur. En principe, la carte bancaire n’appartient pas à son titulaire mais à la banque et le titulaire n’a pas le droit de l’altérer de quelle manière que ce soit.

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

5 réflexions au sujet de « 10 gestes pour protéger sa carte bancaire d’un débit frauduleux »

  1. Banque.net

    Une infographie très intéressante ! Comme quoi, les gestes les plus simples peuvent permettre d’éviter de prendre des risques inutiles aux lourdes conséquences…

    Répondre
  2. Camille

    Super infographie ! J’ai notamment opté pour un étui de protection pour ma CB afin de lutter contre le piratage. 🙂

    Répondre
  3. Ping : Un email frauduleux peut vous coûter cher - Finance Pratique - Le blog

  4. shankove

    Merci beaucoup pour l’infographie! Je cherche à comprendre le débits qui était fait par ma carte et je n’en souvient pas du tout de cette opération (pourtant, le montant est 109EUR, qui est important pour mon budget). Grâce à vos informations, je ne vais pas aller au commissariat, car il peut m’arriver de se tromper (fatigue… bébé ne fait pas les nuits…). Vu l’argent tiré du distributeur d’autre banque « dans un coin sombre » c’est possible que je suis la victime de Skimming. Cette petite pense m’a passé par la tête le jour, mais je me dépêchait et je me suis dit « Ah… nous on n’est pas en Russie… Il faut arrêter le paranoïa.. » Par contre, j’aimerais bien savoir qui se cache derrière le débit. Google ne m’a pas aider avec « CAISSE N 1 PARIS », ce n’était pas sur SOS ARNAQUE non plus… J’ai également vérifié mes comptes internet pour chercher le montant afin de comprendre si j’avais commandé un truc dont je ne souvenais plus… Puis j’ai vérifié tous mes rélévés de compte pour trouver les autres débits avec ce figurant. Je n’ai pas réussi. Ma banque (BNP) m’ont dit de faire l’opposition de ma carte bancaire si je me doute, car eaux ils n’ont pas plus d’information que moi… Mais c’est là où j’ai des doutes. Comment ça. Bien sûr ils ont plus d’information que moi! Déjà ils ont attribué une catégorie « SORTIES » (avec un petit dessin d’un verre de vin). Donc ils ont une base des données… Pensez-vous qu’on peut obtenir ses informations de la banque (qui est derriere « CAISSE N 1 PARIS »)?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*