Le taux d’intérêt du Livret A fait fuir l’épargne


23/11/2014 par Therese Réagir (0)

Les épargnants retirent leur argent du Livret A

L’encours du Livret A, le volume total d’argent qui y est placé, a diminué de 4,6 milliards depuis le début de l’année. Cette baisse s’explique par la difficulté des plus modestes à épargner, mais aussi par la désaffection provoquée par la baisse du taux du Livret A, tombé à 1%. Réaction pas entièrement rationnelle : Beaucoup réalisent seulement maintenant que le Livret A n’a jamais été un moyen de gagner de l’argent.

La Caisse des Dépôts a publié vendredi les chiffres du Livret A et du Livret De Développement Durable [Note 1]. Le Livret A est en décollecte continue depuis mai : les épargnants en retirent plus d’argent qu’ils n’y en placent. Pourquoi cette baisse? Sans aucun doute à cause des difficultés croissantes des français à épargner. Mais aussi à cause d’une désaffection provoquée par la baisse du taux du Livret A de 1,25% à 1% au 1er août 2014 — une désaffection beaucoup moins rationnelle qu’elle n’y paraît. Voila pourquoi :

Les taux d’intérêts ont baissé partout

Partout dans le monde, les taux d’intérêts ont baissé. Les taux directeurs de la Banque Centrale Européenne sont proches de zéro : 0,05% pour les prêts à taux fixe.

Pire : On en est arrivé au point de taux d’intérêt négatifs : au lieu de recevoir un intérêt, les banques et certains grands comptes qui ont un excès de liquidité doivent payer un intérêt de 0,2% pour parquer leurs dépôts !

Le Livret A n’est pas fait pour gagner de l’argent

C’est la dure réalité. Et elle maintenant apparente.

Le Livret A est un produit d’épargne réglementé dont le taux, fixé deux fois par an par le gouvernent sur recommandation de la Banque de France, revient à donner aux épargnants une prime de 0,25% au dessus de l’inflation. L’inflation s’établissant à 0,5%, et même 0,4% pour l’inflation hors tabac d’après l’INSEE, le taux du Livret A devrait en théorie être 0,75% [Note 2]. Le gouvernement à décidé de ne pas baisser le taux nominal en dessous de 1% pour éviter de déprimer les ménages modestes. Le 1% est donc un taux bonifié, gonflé sous l’influence du gouvernement.

En tous temps, gagner 0,25% par rapport à l’inflation n’est pas de nature à enrichir les épargnants.

La déception causée par le faible taux nominal n’est pas rationnelle

La déception causée par la baisse du taux d’intérêt du Livret A à 1% est compréhensible, mais elle n’est pas rationnelle.

Compréhensible parce que les épargnant qui ont connu un taux d’intérêt nominal de 4% avant la crise et de 2,25% il y a moins de deux ans, ont l’impression d’être privé de la rentabilité de leurs économies.

Irrationnelle, parce que le taux réel du Livret A n’a pas changé. Le taux réel du Livret A, c’est-à-dire le taux nominal diminué de l’inflation est supérieur à 0,25%. C’est peu, mais cela est ainsi depuis longtemps, même si psychologiquement, on avait l’impression de gagner plus avec un taux de 2,25% quand l’inflation était à 2%.

Le Livret A a séduit par sa simplicité, c’est l’anti-casse tête

Si le Livret A n’est pas fait pour faire gagner de l’argent, comment expliquer que 96% des français en aient un ? Comme on l’a déjà souligné, c’est largement par facilité, à cause de la simplicité sans égale de ce placement :

  • Sans aucun risque : Le capital et le taux d’intérêt du Livret A sont garantis.
  • Sans aucun frais : Aucun frais d’entré, ni frais de gestion, ni frais de sortie.
  • Sans aucun impôt : Ni l’impôt sur le revenu, ni les prélèvements sociaux de 15,5%, par ailleurs obligatoires, ne sont prélevé sur Livret A. Il ne fait même pas l’objet d’une déclaration sur la feuille d’impôt.
  • Sans aucune contrainte de liquidité : l’argent peut être retiré du livret A à tout moment, sans pénalité.

Bref, le Livret A c’est l’anti-casse-tête, la solution de facilité.

Pour beaucoup d’épargnants, le Livret A a dépassé son utilité

Pour des dizaines de millions de français dont, d’après l’Observatoire de l’épargne règlementée, le Livret A ne dépasse pas 150 euros, soit 45% des livrets, le Livret A ne semble pas être d’une grande aide pour épargner.

Les 7 millions de détenteurs de Livret A d’un montant supérieur à 15 300 euros ont, eux, très probablement dépassé le seuil de l’épargne de précaution, cette épargne de 3 à 6 mois de revenu qu’on garde liquide, disponible rapidement pour gérer les imprévus. Ils ont été séduits par les augmentations successives du plafond du Livret A, aujourd’hui fixé à 22 950 euros. Mais beaucoup auraient, en théorie, du préférer d’autres produits, comme une assurance vie, qui aurait mieux fait fructifier leur épargne.

Conclusion : Agir rationnellement

Retirer son argent de son Livret A est sans doute une bonne décision, quand elle est prise pour pour mieux placer son argent et non sous le coup d’une réaction émotionnelle de déception.

Il existe des alternatives, souvent moins simple, parfois plus risquées, pour l’épargne de précaution, comme pour l’épargne long terme. Une des plus évidentes pour ceux qui cherchent un placement 100% sécurisé est  le Plan Epargne Logement qui rapporte 2,5% brut.

On en reparle dans un autre post.

[Note 1] Cet article se concentre sur le Livret A qui représente près des trois quarts des placements Livret A plus Livret de Développement Durable. Ces deux livrets cumulables ont le même taux et ce qui vaut pour l’un vaut pour l’autre.

[Note 2] Sur le mode de fixation du taux du Livret A voir La baisse du taux du Livret A sera dure pour les petits épargnants

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*