Psychologie des problèmes d’argent – Philippe Geffroy


27/03/2015 par Therese 9 réponses (9)

Les facteurs psychologique des problèmes d'argent
EXCLUSIF : Philippe Geffroy partage en avant-première quelques enseignements de son prochain livre. Il explique comment les problèmes d’argent sont liés à des problèmes de relation à l’argent, tels que l’incapacité de gagner de l’argent ou la dépense compulsive, eux-mêmes causés par des croyances handicapantes. Bonne nouvelle : on peut s’en libérer ! A lire impérativement, pour soi ou pour aider ses proches.

Beaucoup de français ont des problèmes d’argent : un tiers sont à découvert tous les mois ! Pour Philippe Geffroy, les problèmes d’argent ont, bien sûr, des causes externes comme la crise et le chômage, mais ils ont aussi des causes internes, notamment psychologiques, sur lesquelles l’individu peut agir et ainsi améliorer significativement son bien-être.

Philippe Geffroy est un des rares coachs et auteurs qui s’intéressent sérieusement à l’argent. Non seulement il travaille ce sujet d’un point de vue psychologique avec les personnes qu’il accompagne et les coachs qu’il forme, mais il s’efforce également d’étudier la finance et de mettre en pratique les principes de gestion de l’argent qu’il recommande.

Dans cette interview, Philippe partage quelques enseignements de son livre « 12 principes pour mettre l’argent au service de votre bien être » qui paraîtra cet été aux éditions Maxima .

Bonjour Philippe. Vous formez coachs et  thérapeutes à aider leurs patients à améliorer leur rapport à l’argent, quels sont les problèmes que rencontrent ces patients ?

Les problèmes d’argent, c’est ce qui se voit, le sommet de l’iceberg qui cache toujours des problèmes plus profonds, les problèmes « avec l’argent », des problèmes d’une « relation à l’argent » déséquilibrée.

Les quatre types de problèmes de relation à l’argent les plus communs sont :

  • L’anorexie financière : C’est l’incapacité à gagner de l’argent. Par exemple, j’accompagne souvent des salariés qui se sont mis à leur compte et découvrent qu’ils n’arrivent pas à se vendre ou sont incapables de se faire payer.
  • L’avarice : C’est l’incapacité à faire circuler l’argent. Le besoin de le retenir, de thésauriser, d’accumuler sans rien dépenser, sans profiter de son argent.
  • La dépense compulsive : C’est l’incapacité à conserver l’argent, comme s’il vous brûlait les doigts. Cela conduit au surendettement
  • L’accroc à la réussite financière : C’est l’incapacité à faire une autre chose que gagner de l’argent. L’argent devient un but en soi. On passe tout son temps à essayer de gagner plus d’argent au point de perdre tout le reste.

Peut-on avoir un problème de relation avec l’argent sans en être conscient ?

Oui. Les gens viennent parfois consulter les thérapeutes directement pour des « problèmes d’argent », mais la plupart du temps ils viennent pour d’autres problèmes comme par exemple des problèmes de couple ou une situation de « burn-out » (épuisement au travail) qui révèlent des problèmes de relation à l’argent.

Une des raisons pour lesquelles les problèmes de relation à l’argent sont souvent méconnus est qu’on pense à tort que les problèmes d’argent sont causés exclusivement par des circonstances externes (crise, chômage etc.) sur lesquelles l’individu n’a pas de prise. Les facteurs internes, psychologiques, de mauvaise relation à l’argent sont d’autant plus ignorés qu’ils sont inconscients.

Je propose un schéma de diagnostic de sa relation à l’argent (infographie ci-dessous).

Ce schéma représente la manière dont on gère ses dépenses et ses revenus. A partir du point neutre, le point d’équilibre entre dépenses et revenus, on peut évoluer vers la prospérité en accroissant ses revenus plus vite que ses dépenses. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’on est riche, car on peut être prospère dans une simplicité volontaire, une sobriété choisie que j’appelle « vivre joyeusement en dessous de ses moyens ». Mais dans tous les cas, on n’a pas de « problème d’argent », on en gagne et on en profite.

Si on accroit ses dépenses aussi vite que ses revenus, sans rien mettre de coté, on est probablement dans la « consommation identitaire », un mode de surchauffe typique des accros à la réussite, dont je reparlerai tout à l’heure.

Si on accroit ses dépenses plus vite que son revenu, soit parce qu’on n’arrive pas à gagner de l’argent à cause d’une anorexie financière, soit parce qu’on souffre de dépense compulsive, on aboutit au problème du surendettement.

Enfin si on ne peut accroître ni ses revenus, ni ses dépenses, on est en mode survie. L’avare qui refuse de dépenser et l’anorexique financier qui n’arrivent pas à gagner de l’argent peuvent tous deux aboutir au mode survie.

Diagnostiquer les problèmes d'argent

Comment se forment les problèmes de relation à l’argent ?

La relation à l’argent se forme par l’expérience dans la famille, avec les proches, dans la société. On ne reçoit généralement aucune éducation formelle à l’argent. C’est un sujet complètement ignoré par l’éducation nationale où il est, au contraire, tabou. Les problèmes de relation à l’argent sont souvent aggravés par les médias qui entretiennent des fantasmes sur l’argent, les riches etc.

Chacun forme donc tout seul, par impressions successives, des croyances sur l’argent comme « L’argent doit toujours se mériter par beaucoup de travail », « L’argent qui n’est pas acquis par beaucoup travail est mauvais ». Ces croyances sont associées à des émotions fortes qui s’impriment dans la psyché et dans le corps. Elles agissent ensuite comme des filtres qui éventuellement déforment la perception de la réalité et provoquent des réactions inconscientes, incontrôlables. Je parle de « programmation » au sens où ces croyances nous manipulent et nous amènent parfois à nous créer inconsciemment des problèmes d’argent.

Par exemple un enfant qui observe ses parents commerçants se disputer violemment chaque trimestre à l’approche des déclarations fiscales peut former une croyance inconsciente que tout ce qui a trait à l’argent est source de conflits. Devenu adulte, il aura des réactions émotionnelles violentes quand il s’agira, par exemple, de parler d’argent.

Quelles sont les principales sources de croyances handicapantes ?

Je peux vous citer quatre grandes sources de croyances qui peuvent handicaper quelqu’un dans sa relation à l’argent.

  • La fidélité excessive à une appartenance familiale et une classe sociale. Par exemple, des personnes issues d’une famille ou d’une classe sociale modestes passent un pacte inconscient de rester loyaux à cette famille ou à cette classe. Inconsciemment, elles croient que s’enrichir serait trahir, briser ce pacte. Cela peut les amener à l’anorexie financière, l’incapacité à gagner de l’argent. Une personne peut par exemple être incapable de garder un emploi, même si elle a toutes les qualifications. Un professionnel indépendant peut échouer dans son entreprise au moment où il devient patron.
  • Une faible estime de soi. Certaine personnes se perçoivent inconsciemment comme ayant une faible valeur personnelle. Ils se créent alors des interdits. Par exemple un interdit de dépenser pour soi ou de garder de l’argent pour soi. Ces personnes pourront, par exemple, avoir des difficultés à recevoir l’argent d’un héritage parce qu’elles pensent inconsciemment qu’elles ne l’ont pas mérité. Cela se traduira éventuellement par une dépense compulsive qui fera rapidement disparaître tout l’héritage !
  • Les questions d’identité.  Les personnes qui gagnent beaucoup d’argent dans les jeux de hasard sont souvent victimes du syndrome dit « de l’argent soudain ». Elles perdent leurs repères sociaux. Leur mode de vie au quotidien est bouleversé. A contrario, les accros à la réussite ne peuvent s’arrêter de gagner de l’argent parce qu’inconsciemment  ils se sont identifiées à l’argent
  • La confusion entre argent et sécurité. Certaines personnes déplacent leur besoin naturel de sécurité entièrement sur des facteurs externes comme l’argent, au lieu de développer un sentiment de sécurité interne. C’est le cas de beaucoup d’avares qui inconsciemment croient que l’argent va les protéger de tous les risques de l’existence. La réalité est que seuls les morts ne courent aucun risque, l’argent n’est pas une réponse à l’insécurité sur terre.

Comment résoudre les problèmes de relation à l’argent ?

Il faut arriver à faire le lien entre ses problèmes d’argent et sa relation à l’argent, découvrir ses croyances et leurs sources psychologiques. Il faut également s’éduquer concrètement à une meilleure gestion de l’argent. C’est travailler les deux aspects, le psychologique et le pratique, qui fait avancer. Les principales étapes sont :

  1. Diagnostiquer ses problèmes d’argent et les problèmes sous-jacents de relation avec l’argent. Il s’agit de regarder ses problèmes en face et de faire le point sur ses croyances, la programmation mentale de sa relation à l’argent, ses ressorts psychologiques.
  2. Retravailler sa programmation mentale. Il s’agit de créer de nouvelles associations au niveau mental, émotionnel et même physique. Par exemple, on peut travailler sur sa situation financière idéale, imaginer quel serait son mode de vie dans cette situation. On réalise alors éventuellement que l’idéal n’est pas nécessairement coûteux.
  3. S’éduquer à la gestion de l’argent. Le travail psychologique ne suffit pas. Pour sortir des problèmes d’argent, il faut aussi faire un travail pratique d’éducation ou de rééducation et apprendre concrètement à gérer son argent. Par exemple :
    • Pour les dépensiers compulsifs : apprendre à tenir un budget, mettre en place des virements automatiques, par exemple 50 euros par mois sur un compte d’épargne
    • Pour les anorexiques financiers : apprendre à se faire payer, à recevoir des cadeaux, augmenter leur estime de soi, comprendre la valeur de l’argent.
    • Pour les personnes qui sont dans l’avarice : aller ensemble faire des petites dépenses d’argent plaisir, expérimenter de nouvelles sensations
    • Pour les accrocs à la réussite : prendre conscience de l’usage de leur temps. Les accrocs à la réussite ne se rendent généralement pas compte qu’ils passent 6 jours sur 7 au travail. Il faut les ramener à la globalité de leur vie. Ils n’ont généralement pas conscience d’avoir un problème de relation à l’argent car ils n’ont pas de « problème d’argent ». Ils arrivent en consultation pour des problèmes de burn-out.

Un mot de conclusion ?

Il n’y a pas de recette magique pour résoudre ses problèmes d’argent. Mais avec un peu de travail sur soi et de pratique, on peut vraiment améliorer son rapport à l’argent et sa capacité à gérer son argent. On ne devient pas nécessairement plus riche en euros, mais on a moins de « problèmes d’argent » et on y gagne certainement en bien-être.

Merci, Philippe !

Articles connexes sur Finance Pratique:

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

9 réflexions au sujet de « Psychologie des problèmes d’argent – Philippe Geffroy »

  1. ella

    Philippe, Bonjour,

    J’ai acheté votre livre mais je ressens le besoin de me faire accompagner individuellement.
    Sur votre blog vous indiquez ne plus effectuer de consultation individuelle. Auriez-vous un coach former à votre méthode qui pourrait me venir en aide? Je suis basée à Marseille.
    De le cas contraire, auriez-vous un calendrier de vos séminaires pour le second semestre en France?
    Dans l’attente de votre réponse .
    Bien Cordialement
    ella.

    Répondre
  2. Ping : Mettre l'argent au service de son bien-être - Philippe Geffroy - Finance Pratique - Le blog

  3. Malika

    Philippe a l’avantage de bien faire son travail : il annonce d’entrée ce qui pose problème et tente d’apporter des solutions constructives. Le diagnostic effectué par une personne extérieure permet, à mon sens, une meilleure rétrospective.

    Répondre
  4. Ping : Responsable de son argent - Entretien avec Philippe Geffroy - Finance Pratique - Le blog

  5. Ping : Notre rapport à l'argent en entreprise - 1'PACTER Co-Pilotage d'entreprise

  6. Ping : 4 conseils aux femmes pour prendre en main leur avenir financier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*