Assurance vie en unités de compte : bon timing ?


25/09/2015 par Therese 3 réponses (3)

Mini krach boursier Août 2015Le rendement des fonds euros à capital garanti étant en baisse, les épargnants sont encouragés par les assureurs et par le gouvernement à inclure plus d’unités de compte en actions, et donc plus de risque, dans leur contrat d’assurance vie. Est-ce le bon moment après le mini krach boursier de cet été ? 

Les souscripteurs d’assurance vie ont peu le goût du risque

Le rendement du Livret A ayant encore baissé cet été (0,75% à ce jour), les français se tournent vers leur 2ème placement préféré : L’assurance vie.

L’assurance vie est une enveloppe fiscale dans laquelle on peut loger des placements à différents niveaux de risque. Les épargnants français sont, en général, assez intolérants au risque. Dans le cas de l’assurance vie, ils sont d’autant plus frileux que, pour plus d’un tiers, il comptent utiliser l’argent de leur assurance vie pour financer leur retraite, et pour un sur six pour transmettre un capital lors de leur succession. Seuls 10% cherchent avant tout le rendement.

Les motivations des assurés en assurance vie

Dans ce contexte, il est logique que les fonds euros constituent plus de 80% de l’encours des contrats d’assurance vie. Les fonds euros répondent en effet au besoin de sécurité des épargnants grâce aux caractéristiques suivantes :

  • Le capital est garanti.
  • Un taux d’intérêt minimum est garanti : très faible, car indexé sur les taux d’intérêt directeurs, par exemple 0,75%.
  • Des intérêts complémentaires sont versés en participation aux bénéfices réalisés par l’assureur, pour au minimum 85% de ces bénéfices. Ce qui donne un taux d’intérêt total de 2,5%, en moyenne.
  • Les intérêts sont acquis et viennent grossir le capital d’une année sur l’autre.

Contrairement à ce que le nom « monosupport »  laisse penser, même les contrats d’assurance vie constitués exclusivement de fonds euros ne sont pas composés uniquement de placements sans risques tels que des obligations d’Etat. Leur composition est seulement contrainte par des plafonds tels que : pas plus de 40% d’immobilier, pas plus de 65% d’actions etc. Ce qui fait la sécurité des fonds euros, n’est pas tant leur composition que la garantie du capital offerte et portée par l’assureur.

Ce qui pousse à augmenter la part de risque des contrats d’assurance vie

Trois facteurs poussent les particuliers à augmenter la part des unités de compte dans leur contrat d’assurance vie :

  1. La recherche de rendement supérieur
  2. La politique des assureurs
  3. La politique du gouvernement

1) La baisse des taux d’intérêts a fait continuellement baisser le rendement moyen des fonds euros. Il est passé en moyenne de 2,80% en 2013 et 2,5% en 2014. On s’attend à ce qu’il baisse encore en 2015.

Face à cette baisse, les assureurs encouragent les épargnants à chercher plus de rendement en plaçant une plus grande partie de leur contrat d’assurance vie en unités de compte, c’est-à-dire en parts de placements collectifs (OPVCM) eux-mêmes composés d’une variété d’actifs (monétaire, obligations etc.) et d’une partie plus ou moins grande d’actions, pouvant aller jusqu’à 100% d’actions. Les contrats d’assurance vie en unités de compte (UC) ont rapporté en moyenne 4,7% en 2014 et 8,2% en 2013.

Rendement moyen fonds euros vs unités de compte

Le rendement des unités de compte fluctue avec les marchés. Il est donc variable et peut être négatif, comme cela a été le cas en 2008 et en 2011. Le risque de ces placements, et en particulier de leur composante en actions, vient de ce que  :

  • Le capital n’est pas garanti, les pertes en capital sont possibles.
  • Le rendement n’est pas garanti, car il est fonction des dividendes et des plus values qui fluctuent en fonction des décisions des sociétés et des cours des actions en bourse.
  • Les plus-values ne sont pas acquises d’une année sur l’autre. La plus-value, le gain (ou la moins-value, la perte) de valeur d’une unité de compte n’est connue et réalisée qu’au moment du rachat du contrat, lorsque l’on retire les sommes placées.

2) Les assureurs sont encouragés par le régulateur à diriger les particuliers vers les unités de compte. En effet, le gouverneur de la Banque de France s’inquiète de la masse du capital en fonds euros, donc garanti par les assureurs, soit plus de 80% des 1 565 milliards de l’assurance vie. Il exhorte les assureurs à réduire cette exposition.

3) Le gouvernement, qui consent des avantages fiscaux aux souscripteurs d’assurance vie, désire  que ceux-ci investissent plus dans les actions des petites et moyennes entreprises. Pour cette raison, il a crée de nouveaux contrats d’assurance vie hybrides, Eurocroissance et Vie Génération, qui incluent des unités de compte, mais offrent également certaines garanties et avantages fiscaux. Il n’est pas clair que ces contrats soient vraiment plus attractifs qu’un contrat multisupports standard qui permet de combiner fonds euros et unités de compte.

En raison de ces trois facteurs, les épargnants se tournent de plus en plus vers les unités de compte. Sur les huit premiers mois de l’année, plus de 9 milliards d’euros, soit plus de 50% de la collecte nette (versements moins retraits) de l’assurance vie a été placée sur les supports en unités de compte.

Des marchés actions particulièrement inquiétants

De nombreux facteurs poussent donc les épargnants à accroître la part des unités de compte de leurs contrats d’assurance vie, et donc à prendre plus de risque. Et pourquoi pas ? Après tout : il n’y a pas de rendement sans risque.

Mais le marché est actuellement particulièrement inquiétant. Après une envolée de début d’année qui n’était justifiée par aucun facteur de l’économie réelle (croissance du PIB etc.), la bourse a connu cet été un mini krach : L’indice boursier français, le CAC 40 a perdu 16% en deux semaines, entre son plus haut et son plus bas du mois d’août.

LaCACFaitBoomCracAout2015La cause de mini krach n’est pas l’économie française qui est stablement mauvaise avec ces 5,7 millions de chômeurs. Ce sont  des facteurs globaux comme le prix du pétrole et les taux d’intérêts américains qui déterminent les cours de la bourse française plus sûrement que la performance de ses entreprises.

Dans le cas du mini krach d’août, les observateurs ont nommé la Chine comme principal responsable. Depuis quelques mois, le gouvernement chinois a pris des mesures radicales pour mettre fin à la spéculation boursière qui avait entrainé la bourse de Shanghai vers des sommets. Après avoir gagné plus de 50%  en début d’année, la bourse de Shanghai s’est effondrée. Une première fois. Puis une deuxième fois où elle a entrainé tous les autres marchés, y compris l’Europe et les USA.

CriseChinoiseCracGlobal2015
Le mini krach de cet été annonce-t-il une crise plus profonde? Les observateurs sont toujours aussi divisés et des oracle savants nourrissent la presse de prédictions et de conseils bien inutiles pour les particuliers.

En conclusion

Inutile de modifier la composition de son assurance vie si c’est pour uniquement pour faire plaisir aux assureurs et au gouvernement.

Chacun préfèrera déterminer sa prise de risque en fonction de ses objectifs personnels et de sa marge de manœuvre. Ainsi, le timing étant essentiel dans la réalisation des plus-values d’actions, ceux qui sont proches de la réalisation de leur objectif tel que l’achat d’un logement ou la conversion de leur assurance en rente de retraite voudront sécuriser leurs gains. Par contre, ceux qui ont le temps pourront se permettre de prendre plus de risque, y compris en achetant des actions quand les cours baissent.

A ce sujet, voyez également mon article sur comment réagir face au risque boursier.

Bon courage !

« Buy low, sell high » (acheter quand les prix sont bas, vendre quand ils sont hauts)

En tant qu’utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l’information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu’utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l’information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

3 réflexions au sujet de « Assurance vie en unités de compte : bon timing ? »

  1. Emmanuel

    Avant l’été quand le cac était à 5200 points je vous aurais répondu que ce n’est pas le bon timing pour revenir sur les unités de compte.
    Aprés la correction de cet été et avec un cac à 4300 points, nous sommes proche des moyennes historiques du cac sur les 10 dernières années. Sachant que les bénéfices des entreprises progressent régulièrement, ce niveau me parait intéressant pour revenir sur les UC.
    On peut le faire prudemment en allant vers 20% de son contrat pour ceux qui ne sont pas investis.
    Quels fonds acheter ?
    Plusieurs possibilités :
    -Vous ne connaissez rien à la finance et faites confiance à des experts : la gestion sous mandat est faite pour vous
    – Vous ne connaissez rien à la finance et ne faites pas confiance à des experts : dans ce cas acheter des trackers éligibles à votre contrat d’av. 1 peut suffit : le tracker lyxor etf monde qui reproduit l’évolution des indices actions des pays développés.
    – Vous avez des notions ou être à l’aise dans la finance : acheter des OPCVM actions qui ont fait leur preuve dans le passé et aller sur l’ensemble des marchés développés : moneta multi caps, Allianz actions aequitas, fielity America, oddo US mid cap, comgest Japon.
    Si vous êtes allergique au risque (élevé) actions, vous pouvez le réduire en achetant des fonds diversifiés qui ont fait leur preuve comme eurose, m&g optimal income…
    Vous pouvez acheter quelques parts de SCPI de qualité comme Rivoli avenir patrimoine ou Primovie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*