Changer sa relation à l’argent en 100 jours


27/01/2018 par Therese Réagir (0)

couple stressé par les problèmes d'argent

Le Cahier d’exercices du « Défi des 100 jours pour libérer sa relation à l’argent » de Lilou Macé et Christian Junod propose à ses lecteurs transformer durablement leur relation à l’argent afin de surmonter les blocages qui les empêchent aujourdhui de réaliser leurs objectifs et de vivre sereinement. J’ai testé (bien!) et demandé à Christian Junod de m’expliquer pourquoi cette méthode de réflexion et de pratique quotidienne pendant 100 jours fonctionne.

Une réponse pratique à des problèmes peu souvent traités

Beaucoup de gens ont des problèmes d’argent tels que le manque d’argent ou le surendettement. Mais encore bien plus nombreux sont ceux qui ont un problème « avec l’argent » : dépenses compulsives, ou au contraire radinerie ; angoisse perpétuelle de manquer, jalousie, cupidité ; incapacité de payer, ou au contraire incapacité de se faire payer… les variantes de ces problèmes avec l’argent, dont Finance Pratique a parlé avec un des autres rares spécialistes, tels que  Philippe Geffroy, sont nombreuses.

Comment résoudre ces problèmes ? La psychologie classique s’y intéresse très peu ; l’éducation nationale non plus ; les services financiers encore moins. L’Etat se cantonne dans la sanction quand ça tourne mal, quand les problèmes avec l’argent deviennent des problèmes d’argent tels que les impayés ou le vol.

En général, c’est le règne du déni : on n’en parle pas ; on fait comme si cela n’existait pas. Les personnes et leur entourage dont l’existence est empoisonnée par ces problèmes les subissent dans le secret et la honte. Quel gâchis !

Dans ce désert, on peut que saluer la proposition de Lilou Macé et Christian Junod d’apporter un outil de développement personnel pour aider chacun à améliorer sa relation à l’argent.

Un outil à la fois exigeant, facile à utiliser, et très abordable

Cahier d'exercices défi des 100 joursL’outil est un cahier d’exercices qui propose des sujets de réflexion et des exercice pratiques à faire chez soi pendant 100 jours. Les exercices sont des défis parfois un peu exigeants, mais aussi souvent amusants. Un défi peut être par exemple de réfléchir à ses préjugés sur les gens plus ou moins riches que soi ; de faire son budget mensuel ; de faire l’inventaire de ses biens ; de se rappeler les stéréotypes sur l’argent véhiculés dans la famille ; ou encore de se projeter dans la vision d’abondance de nos rêves. Certains défis seront plus difficiles que d’autres, selon les personnes. Le gros cahier de plus de 400 pages coûte 24 euros.

Pour ceux qui n’ont pas beaucoup de temps, 15 minutes le matin pour aborder la thématique de la journée et 15 minutes le soir pour faire le point pourraient suffire. On peut évidemment y passer beaucoup plus de temps, d’autant plus que le cahier d’exercices peut s’accompagner de vidéos et de l’accès à une communauté sur Facebook où des participants s’entraident.

L’idée des 100 jours vient de Lilou Macé, une video-blogueuse et coach franco-américaine, qui a constaté qu’un effort continu et répété est nécessaire pour qu’un changement s’opère.

L’autre co-auteur est Christian Junod qui a très gentiment répondu à mes questions.

Un ancien banquier devenu coach en relation à l’argent

Christian Junod, qui êtes-vous et pourquoi écrivez-vous sur la relation à l’argent ?

Après une formation en sciences économiques, j’ai travaillé plus de 20 ans pour une grande banque internationale, notamment comme conseiller financier, ce qui m’a permis d’observer très concrètement la relation des gens à l’argent.

Puis je me suis alors formé au coaching et je me suis ensuite intéressé au travail de Peter Koenig, qui après une carrière dans l’immobilier a travaillé sur le sujet de la relation à l’argent et écrit le livre « 30 mensonges sur l’argent ». J’ai travaillé avec lui et animé comme lui des séminaires où les participants sont invités à explorer leurs projections sur l’argent et comment ces projections les empêchent parfois de réussir et de s’épanouir.

A la suite de cette expérience, j’ai ensuite écrit un premier livre « Ce que l’argent dit de vous. »  Par rapport à Peter Koenig, j’ai beaucoup développé le travail sur l’histoire familiale et sur la notion de « déloyauté ». La déloyauté permet de casser des systèmes de fonctionnement et de croyance qui nous entravent, d’arrêter de se saborder, de se sacrifier, de s’autoriser à se déployer. Il faut casser les croyances limitantes telles que « Les riches sont soit malheureux, soit malhonnêtes. »

A qui s’adresse le Cahier d’exercices « Défi des 100 jours pour libérer sa relation à l’argent » ?

Tout d’abord aux gens qui ont une certaine conscience de leur problème. Une très grosse majorité de la population n’a pas conscience qu’elle a des problèmes de relation à l’argent. Aussi longtemps que les gens n’ont pas conscience des problèmes, ils ne risquent pas de les résoudre ! Ce livre demande de l’engagement, de l’honnêteté, et de l’ouverture à soi-même car on va réaliser quelques vérités qui ne font pas nécessairement plaisir.

Le public de mes séminaires consiste souvent en des gens qui osé se mettre à leur compte mais ne génèrent pas assez d’argent pour en vivre ou des gens qui songent à franchir le pas mais n’osent pas.

Les problèmes typiques qu’ils rencontrent sont de ne pas arriver pas à garder l’argent, de faire des dépenses compulsives, de se faire berner par des beaux parleurs, ou de ne pas arriver à se faire payer. Quand les gens doivent fixer un prix pour eux-mêmes, cela devient souvent très compliqué ; des gens qui ont été employés ou fonctionnaires toute leur vie n’ont pas le recul nécessaire pour fixer un prix pour leur travail.

Personnellement, j’étais un écureuil qui économisait beaucoup, je n’avais pas réalisé que j’agissais ainsi par peur. Depuis que J’ai démonté cette peur, ma qualité de vie est bien meilleure. J’ai connu des millionnaires qui avaient peur de manquer. Nos comportements avec l’argent sont tout sauf rationnels .

Quelles sont vos arguments pour nous convaincre que cette méthode marche ?

En prenant le temps, les 100 jours, on peut faire le tour de la question de l’argent sous des aspects très différents, prendre conscience des problèmes et apporter des solutions. Personnellement j’anime des ateliers de façon très personnalisés sur 2 jours. Travailler sa relation à l’argent cela veut dire travailler sur sa manière d’être, changer son regard sur soi, ce qui va changer sa manière d’agir. Quand les gens partent d’un atelier, le travail continue.

Avec le livre d’exercices, on peut pratiquer sur un temps plus long. De plus, on peut se faire aider par la communauté des gens qui ont commencé le défi ensemble. C’est une communauté qui apporte énormément. Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin.

En appliquant la méthode de Peter Koenig, certaines personnes ont connu des changements majeurs, et d’autres des améliorations. Si je n’avais pas des retours réguliers et positifs sur mon travail, cela ferait longtemps que j’aurais changé mon fusil d’épaule !

Les résultats typiques observés sont :

  • Gagner plus d’argent, oser casser un plafond de verre, s’autoriser, par exemple, à gagner plus que son père.
  • Cesser de se saborder ; cesser d’avoir des problèmes qui arrivent comme par hasard pour gâcher ses chances de gagner de l’argent.
  • Cesser de dépenser bêtement de l’argent.

Tant qu’on ne réalise pas certains freins, on se limite inconsciemment. La méthode aide à se donner des possibilités de vivre ce qu’on pense meilleur pour nous. C’est la relation à la vie qui se joue.

PS: Cet article n’est pas une publicité rémunéré. J’ai testé cette méthode par intérêt pour le sujet que je trouve très important et je trouve qu’elle fonctionne.

Une vidéo

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

A propos Therese

En tant qu'utilisatrice des services financiers, puis consultante pour des banques et compagnies d’assurance, Therese a constaté qu’en finance, c’est souvent le client qui doit s’adapter au service et pas l’inverse. Pour elle, la finance doit changer. Pour contribuer à ce changement, Therese a entrepris de fournir de l'information plus pratique, plus simple et plus objective sur tous les sujets liés à la finance personnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*